AJNS

INFORMATIONS
 
HOMMAGE AU PROFESSEUR MAMADOU GUEYE




E-Mail Contact - BADIANE Seydou Boubakar : sbbadiane (at) sentoo (dot) sn


Le Professeur Mamadou GUEYE a été trop tôt ravi à notre affection. Le 22 Mars 2002, a été stoppée nette, la belle symphonie qu’a été la vie de cet homme accompli.

Mamadou GUEYE est né le 1er Août 1950 à Pire, village sénégalais de la région du Cayor. Après ses études secondaires au Lycée Malick SY de Thiès, il entame des études de Médecine à l’Université de Dakar en 1969.

Admis au Concours d’Internat en 1975, il opte définitivement pour la Neurochirurgie sous les auspices du Professeur Bernard ALLIEZ qui dirigea sa thèse de Doctorat d’Etat en Médecine.

Il bénéficie pendant son cursus de stage auprès de ses maîtres marseillais, les Professeurs G. SALAMON et A. COMBALBERT. Au départ de son Maître le Professeur B. ALLIEZ, il devient tout jeune chef du Service de Neurochirurgie du CHU de Dakar, Service auquel il se dévoue entièrement. Et malgré l’ampleur des difficultés rencontrées, il se consacre sans relâche à ses activités de soins d’enseignement et de recherche. « Tout m’interesse en neurochirurgie » disait-il mais nous le savons, les pathologies vasculaire et surtout pédiatrique occupaient une place de choix dans sa pratique. C’est ainsi qu’il a mené des activités de recherche sur les facteurs biochimiques de la neurulation dans le service du Professeur Mac Lone à Chicago. Les défauts de fermeture du tube neural l’intéressaient par dessus tout ; il leur a consacré de nombreux travaux de thèse.

Cet agrégé de neurochirurgie à l’âge de 34 ans, le premier d’Afrique Noire Francophone, à l’esprit vif et ouvert, impressionnait ses étudiants par ses belles qualités de pédagogue, notamment la clarté, la précision et la concision de son message, sa grande capacité d’écoute, son honnêteté intellectuelle.

C’était un rassembleur qui bénéficiait de la confiance de tous et de chacun, au point que, dans sa vie socio-professionnelle il s’est vu confier très souvent de hautes responsabilités qu’il assumait entièrement avec rigueur.

Trésorier de l’association des Internes et Anciens Internes, en 1975, il est élu à la tête du département de chirurgie et spécialités chirurgicales de la Faculté de Médecine en 1989 et y fit preuve d’un dynamisme et d’un esprit d’initiative remarquable.

Membre de l’Assemblée de Faculté dont il en a présidé la commission Recherche et Réforme jusqu’à sa disparition, douze années durant, feu le Professeur Mamadou GUEYE, a exercé les fonctions de Président et de Secrétaire Général du Conseil National de l’Ordre des Médecins avant de diriger le groupe Ethique et Juridique du Comité National de Lutte contre le SIDA. Cela lui a alors permis de capitaliser une véritable expertise dans le domaine du droit en matière de santé.

Enfin ses pairs chirurgiens Ouest-africains l’ont porté en 2001 à la tête de leur collège qu’il dirigea jusqu’à son rappel à Dieu.

Son objectif majeur demeurait par dessus tout, la réhabilitation de son service. Il s’est attaché à sa réalisation 20 ans durant et n’en verra pas sa concrétisation alors qu’il avait enfin commencé à suivre le début des travaux. Il a malgré tout patiemment jeté les bases de la création d’un CES de neurochirurgie à Dakar ouvert à toute la sous-région, qui permettra sans nul doute de contribuer à faire face aux défis de la formation en Afrique.

Grand sportif, il a présidé aux destinées de la Fédération de Volley-ball du Sénégal en même temps qu’il pratiquait régulièrement le tir.

Véritable initié en terme de nouvelles technologies de l’information et de la communication (il voulait plus jeune devenir informaticien), il a durant les dernières années de sa vie œuvré à rendre les spécialités chirurgicales financièrement et géographiquement accessible à tous les sénégalais par le développement de la Télémédecine dont il aimait à dire « c’est ma nouvelle passion ». Il en était sans conteste l’un des principaux précurseur au Sénégal.

Musulman pratiquant d’une rare piété, feu le Professeur Mamadou GUEYE puisait toute son énergie dans sa foi en Dieu, vivifiée et fortifiée par les principes directeur du Mouridisme. Aussi, est ce tout naturellement que la terre sainte de Touba a accueilli sa dépouille mortelle. Une très nombreuse foule venue des quatre coins du Sénégal l’y a accompagné.

A son épouse Yacine dont la dignité n’a jamais fait défaut durant toutes ces épreuves, à ses enfants qu’il adorait et à sa famille éplorée, ses parents, amis et collègues, nous renouvelons nos plus sincères condoléances et prions pour le repos de son âme.

Pr Seydou Boubakar BADIANE
Hommage présenté à la réunion de la Société de Neurochirurgie de Langue Française (Paris, Décembre 2002)

(JPG)
(JPG)

_



© 2002-2012 African Journal of Neurological Sciences.
All rights reserved. Terms of use.
Tous droits réservés. Termes d'Utilisation.
ISSN: 1992-2647